* * *

Search

Nous agissons comme contrôle qualité externe et incorruptible.
Chacun peut nous faire des remontrances. Le devoir de résipiscence s'applique à tous.
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
octobre 17, 2017, 11:44:21 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

1 Invité, 0 Membres

Auteur Sujet: Echapper à tout contrôle de qualité externe n'est pas une question de forme,  (Lu 651 fois)

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
La dispute portait sur une page WP, sommet de délire militant (mais au dessus de tout soupçon, car localement hégémonique dans la clique dirigeante, donc selon eux "en-consensus") :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_du_carbone
Article bourré d'erreurs et de fautes de raisonnement parce qu'il est militant. Ici le militantisme actif est le mythe carbocentrique.
Mais bon, ils laissent quand même échapper que le trafic atmosphérique entrée/sortie de l'atmosphère est de 150 Gigatonnes de CO2 par an.


Ce qui fait bien un temps de résidence moyen de 5 ans. Ni cent ans, ni deux cents ans comme ils le propagandent par ailleurs...

Le militantisme, ça rend fou.
Mais inversement, ils se sont faits militants parce qu'ils ne vont pas bien...

Citation
Le 24/07/2011 22:39, robby a écrit :
> jc_lavau a écrit :
>> Le net a vu proliférer les institutions où la clique dirigeante peut
>> couvrir d'insultes les contributeurs, puis manier les abus
>> bureaucratiques à tire la Rigault. WP en est une. Et ces bureaucrates
>> l'injure à la bouche sont des "anonymes", masqués tant ils sont
>> courageux.
>
> tu tiens ce discours concernant a peu pres l'integralité de tes
> interlocuteurs qui t'on contrarié à un titre ou un autre.
>
>
> tu ne te rend pas compte que ce sont tes attitudes (et non tes contenus)
> qui te font rejeter partout.

Echapper à tout contrôle de qualité externe n'est pas une question de forme, mais est la question de fond pour toute corporation, toute institution qui met en faisceau des égoïsmes et des narcissismes.

Plus l'institution a des inavouables à cacher et redoute d'être démasquée, et plus sa paranoïa est compacte, et volontiers criminelle.
Ainsi était l'église romaine tout au long de sa puissance.
Confectionneuse de faux en écriture : d'un faux testament de Constantin, par exemple, pour s'emparer des biens immobiliers de l'empire romain. Emmanuel Le Roy Ladurie a bien détaillé les mobiles quand il a exploité les archives de l'évêque de Pamiers, Jacques Fournier : l'évêque pourchassait puis exécutait les cathares parce qu'ils incitaient les bergers pauvres à ne plus payer la dîme, ou pas autant que l'église l'exigeait, en lui refusant les agneaux par exemple. Une atteinte aux impôts et aux revenus d'église, voilà le crime inexpiable...

On pourrait multiplier les exemples, il y a de quoi remplir un livre.

François de Closets avait détaillé combien les oligarchies ont appris à distribuer des petits privilèges abusifs à des corps intermédiaires, pour les inciter à en abuser, à se rendre visibles au petit peuple par leurs abus, afin que pendant ce temps là, on oublie de s'intéresser aux gros abus du sommet de l'oligarchie. Tout bénef pour maintenir, à la barbe de l'aveuglement populaire, les structures d'Ancien Régime.

Une planche inoubliable de Wolinski avait bien expliqué l'intérêt de corrompre des complices :
Citation
"Quand vous avez un gâteau et que vous êtes douze affamés, ça peut être difficile de le garder pour vous tout seul (dessin du capitaliste poignardé). Et si vous le partagez en douze, il ne vous en reste vraiment plus beaucoup (tête du capitaliste, coins de la bouche vers le bas). Alors la meilleure solution est de le partager en sept parts (la plus grosse pour vous), et de faire taire la minorité de mécontents (dessin des cinq frustrés poignardés par les six semi-privilégiés)".

D'ailleurs dans la marine Shadok, c'est un principe : Il faut toujours taper sur les mêmes, ça limite le nombre des mécontents.

Ce qu'il y a de bien avec les corrompus, est qu'ensuite ils sont obligés de fuir en avant pour préserver leur corruption. Trois exemples :
* Les guerres d'Italie, ça fait voir du pays, mais ça coûte cher. Pour les financer, François 1er et Henri II privatisèrent la justice : Vous m'achetez les offices judiciaires, et en échange vous pourrez pressurer les justiciables à votre guise, en toute impunité ; tel était le marché.
* Venir s'installer en pleine campagne, près du château de Versailles, ça coûte cher pour les nobles qui veulent quand même se laisser corrompre par Louis XIV. Alors le roi Louis leur accorde le privilège que leurs maisons à Versailles seront insaisissables. Voilà comment ces parasites ont pu narguer leurs créanciers jusqu'à la Révolution...
* "Bon, on vous a couverts d'honneurs et de privilèges, mais maintenant il faut me valider le mythe carbocentrique aux yeux du petit peuple ignorant, sinon gare aux privilèges et décorations suivants !" Tel est le marché passé par la scinistre de la Mience aux cacadémiciens. Et ils ont obéi, ils n'avaient pas les moyens de résister aux ordres, et aux chantages...

Rappelez-moi qui a créé l'Académie, déjà ?
Ah oui, Armand du Plessis, cardinal de Richelieu, pour mettre au pas les intellectuels, les remettre au service du pouvoir politique.

Et d'autres exemples, on peut en trouver des dizaines.

Pour rester scientifiques et honnêtes, il faut accepter le contrôle qualité externe, et accepter de lui donner les moyens de s'exercer.
C'est contre cette obligation sociale, inhérente à leur contrat social avec les contribuables qui paient leurs labos et leurs salaires, que les clergés luttent de toutes leurs forces et de toute leur violence, de nos jours. Ils ont hérité du privilège sorbonnagre d'exterritorialité ecclésiastique, et n'acceptent pas de perdre une parcelle de ce privilège. D'où leur violence contre les témoins gênants, à faire taire à tout prix.


--
La réflexivité n'est pas la qualification la mieux partagée.
« Modifié: juillet 30, 2011, 06:06:56 am par Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
L'important, c'est la ruse (et pas la rose).
« Réponse #1 le: août 07, 2011, 06:04:09 am »
En représailles contre l'auteur du sujet qui s'en tenait au sujet, et
refusait de se plier à la divagation réclamée par Fabrice n. dit
"Robby", Fabrice N. a écrit :

Citation
-------- Message original --------
Sujet: Re: Article bourré d'erreurs et de fautes de raisonnement parce qu'il est militant :
> Date : Sun, 24 Jul 2011 22:39:48 +0200
> De : robby <moi@pla.net.invalid>
> Organisation : Guest of ProXad - France
> Groupes de discussion: fr.sci.geosciences
> Références : <j0cv7e$vlr$1@shakotay.alphanet.ch> <j0d1b1$3dh$1@shakotay.alphanet.ch> <4e2a81ec$0$8269$426a74cc@news.free.fr> <j0e4vk$vsn$1@shakotay.alphanet.ch> <4e2aa580$0$20279$426a34cc@news.free.fr> <j0e9om$b2u$1@shakotay.alphanet.ch> <4e2c6853$0$4611$426a74cc@news.free.fr> <j0htbg$lue$1@shakotay.alphanet.ch>
>
> jc_lavau a écrit :
>> Le 24/07/2011 20:45, robby a écrit :
>
>>> et dans les encyclopédies papier ou les livres de cours, c'est
>>> différent ?
>>
>> Ote-moi d'un doute : Quand par respect pour ses étudiants, Dmitri
>> Mendéléiév a mis en tableau périodique les éléments chimiques connus, il
>> était consensuel ?
>
>
> tu continue de repondre complètement à côté.
>
> tu n'ecoute pas tes interlocuteurs, tu deroule un monologue sans
> interaction.
>
> je pense que tu es de plus en plus malade. ...
> --
> Fabrice

Fin de citation.

Là dessus, je vais faire les hypothèses suivantes, qui sont discutables
et pourront être discutées :

H1 : La belliquosité du Fabrice cité ci-dessus n'est pas
caractéristique de l'individu tout seul, mais est représentative de sa
communauté d'appartenance.
H2. Corrélativement, peu importent la genèse individuelle ni l'anamnèse
de cette belliquosité dudit Fabrice, la communauté d'appartenance
aurait de toutes manières sélectionné un profil similaire.
H3. C'est donc sur l'historique et l'évolution, et sur les conditions
de cette communauté qu'il faut enquêter.

Infos disponibles :
Personne n'ignore la profonde dégradation du marché du travail depuis
une quarantaine d'années. Peu ignorent que des post-docs restent à
travailler gratuitement dans le labo dans l'attente qu'un crédit de
poste se dégage, et qu'on pense à eux pour cet hypothétique et lointain
poste. Peu ignorent combien de postulants candidatent avec de bonnes
thèses et de bonnes publis, pour seulement deux postes de Maître-
assistants.

Là dessus la compétition est intense entre les équipes, et entre les
hommes dans la même équipe. Et souvent féroce : "Bickering and
backstabbing
"... Voire avec fraudes.

La question qui se pose est si l'éthique fondatrice de la science
aurait pu se maintenir dans ces conditions, et si localement ça a pu
être possible, alors quoi distingue ces ilôts éthiques du restant de la
jungle.

On peut aussi poser la question à l'envers : quels sont les traits
communs des meutes dont la violence et la paranoïa sont les plus
exacerbées ?

A chaque fois j'ai trouvé un "secret de famille" inavouable à la
fondation de ces cliques et sectes.
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

 

Recent

Membres
  • Total des membres: 42
  • Dernier: Naïf
Stats
  • Total des messages: 796
  • Total des sujets: 322
  • En ligne aujourd'hui: 3
  • Record de connexion total: 26
  • (mai 18, 2017, 07:50:37 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 1
Total: 1