* * *

Search

Nous agissons comme contrôle qualité externe et incorruptible.
Chacun peut nous faire des remontrances. Le devoir de résipiscence s'applique à tous.
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
octobre 19, 2017, 01:02:11 pm

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

2 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: L'Empire (réchauffiste) contr'attaque !  (Lu 4237 fois)

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
L'Empire (réchauffiste) contr'attaque !
« le: avril 02, 2010, 04:58:07 am »
L'Empire (réchauffiste) contr'attaque !

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jUMQGalWeTXLJwYxd885NLu9YApg

Mais les incrédules ne se laissent pas faire :

http://lemytheclimatique.wordpress.com/2010/04/02/lettre-ouverte-aux-signataires-de-l%E2%80%99appel-%C2%AB-ethique-scientifique-et-sciences-du-climat-%C2%BB/

Il ne nous manque plus que le commentaire sportif. Là vous savez bien, comme sur le match entre le chef d'orchestre et l'orchestre, pour jouer la 5e symphonie de Ludwig Van...
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
Climat : la « pétition des 600 » ruine la crédibilité du Giec
« Réponse #1 le: avril 16, 2010, 09:39:53 am »
Climat : la « pétition des 600 » ruine la crédibilité du Giec.

http://energie.lexpansion.com/climat/climat-la-petition-des-600-ruine-la-credibilite-du-giec_a-35-3999.html

Citation
Climat

Par Remy Prud'homme,
Professeur émérite à l'Université de Paris XII

Climat : la « pétition des 600 » ruine la crédibilité du Giec

jeudi 15 avril 2010 09:49

Pour notre chroniqueur, la pétition anti "Allègre" est une très mauvaise chose pour le Giec. En demandant au pouvoir politique de trancher un débat scientifique, les climatologues se rendent risibles et offrent un argument en or aux climato-sceptiques.

La majorité des 600 climatologues qui ont signé une lettre ou pétition à la ministre de la Recherche sont certainement des scientifiques honnêtes et compétents. Leur lettre ne dit rien du tout sur le fond du débat scientifique sur la cause d’un réchauffement de la planète. Mais elle en dit long sur la manière dont ce débat est conduit, sur les procédés employés par les carbocentristes, et donc sur la crédibilité que l’on peut leur accorder.

Elle affirme tout d’abord que les livres de Claude Allègre et de Vincent Courtillot, nommément cités,  « n’auraient pas pu être publiés si on leur avait demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel ». Cela est évident – et risible. Il est difficile d’imaginer une critique plus bidon. Un livre n’est pas un article. Les procédures de choix qui fonctionnent, imparfaitement mais utilement, pour les articles scientifiques, ne sont nulle part au monde, et ne peuvent pas être, utilisées pour le choix des ouvrages. Si l’on appliquait aux livres le principe de sélection que revendiquent pour Claude Allègre nos climatologues, on ne publierait plus aucun livre.

Surtout, qui appliquerait ce principe, et comment ? Faudrait-il établir une institution – baptisée par exemple Bureau de Censure - qui donnerait un certificat de rigueur (c’est le mot qu’emploient les signataires de la lettre) préalable à toute publication ? Lui soumettrait-on aussi les articles de journaux, et les pétitions ? Et dans ce cas, la lettre des 600 aurait-elle bien passé le test de la rigueur ?

Pour que des gens intelligents se laissent aller à de telles niaiseries, il faut qu’ils soient bien à court d’arguments ou/et que la colère et la haine les aveuglent complètement.

La lettre continue par la demande solennellement faite à une ministre et à des « autorités de tutelle » de trancher un débat scientifique, et de punir ceux qui pensent mal. Même si MM. Allègre et Courtillot étaient des incompétents et des faussaires patentés, aller moucharder et demander à Mme la directrice de les mettre au piquet serait, comme on l’apprend à l’école communale, une attitude méprisable. S’agissant de science, cette attitude est non seulement méprisable mais suicidaire. Demander à des politiques de jouer le rôle d’arbitre - et pourquoi pas de guide - en matière scientifique, c’est pour un chercheur scier la branche sur laquelle il est assis. On pense à Lyssenko faisant éliminer par Staline les biologistes russes qui contestaient la vérité officielle. Question accessoire : aux Etats-Unis, un pays où il y a des universités et de la recherche mais pas de ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, à qui donc nos pétitionnaires adresseraient-ils leur demande de censure ?

Risible en soi, cette lettre l’est bien plus encore quand on la replace dans son contexte, qui est celui du GIEC dont, répétons-le, les principaux initiateurs sont des membres éminents. Ils nous présentent leur GIEC comme une institution exclusivement scientifique. En réalité le GIEC a depuis sa création été politique, militant et médiatique.

Politique, d’abord. Il a été créé par les Nations-Unies, par et pour des politiciens. Le GIEC n’a jamais été dirigé par des savants ni par des climatologues. Son président, M. Pachauri, est un ingénieur-économiste . Un  document officiel du GIEC le dit sans ambiguïté : « le processus d’adoption et d’approbation [de nos] rapports est ouvert à tous les gouvernements membres  ». Peut-être est-ce là que nos climatologues ont pris l’habitude de laisser le dernier mot à un ministre. Le GIEC travaille la main dans la main avec la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (CCNUCC), et il se proclame à son service . Ce bon partenaire du GIEC n’est rien moins que scientifique. Son directeur, M. de Boer, le grand chef d’orchestre de Copenhague, était (il n’occupe plus ce poste) un aparatchik onusien qui a fait de vagues études d’assistant social, ce qui n’a rien de déshonorant, mais pas grand chose de scientifique.

Militant ensuite. Les membres du GIEC, et la CCNUCC, ont toujours été les combattants d’une thèse : un réchauffement climatique dramatique a pour cause principale et presque unique les rejets anthropiques de CO2 ; si l’homme ne réduit pas ses émissions par deux, de terribles catastrophes vont fondre sur nous. Cette thèse était plus le point de départ que le résultat des recherches du GIEC. Malheur à ceux qui osaient la mettre en doute. Un respectable statisticien danois, Bjorn Lomborg, s’aventura à formuler quelques observations critiques ; en réaction, M. Pachauri alla jusqu’à déclarer (à un journal danois en Avril 2004) : «Quelle différence y-a-t-il entre la vision de l’humanité de Lomborg et celle de Hitler ? ». Aucun de nos 600 climatologues n’a protesté contre ce propos de leur patron. Mais tous se proclament offensés par les écrits de Claude Allègre. Celui-ci tape parfois un peu fort mais par rapport au président du GIEC il est un modèle de retenue et un virtuose de la litote.

Les scientifiques soit-disant "purs et durs" du GIEC n’ont jamais dédaigné l’assistance plus militante que savante des multinationales environnementalistes, de WWF à Greenpeace. Elles ont toujours assisté et participé aux réunions de la CCNUCC et du GIEC, de Bali à Copenhague. Il n’y a pas besoin d’être climatologue pour trouver que l’équation : Nations-Unies + Greenpeace = Science, n’est pas très convaincante.

Médiatique enfin. Il est piquant de voir nos piliers du GIEC protester violemment contre un livre de Claude Allègre et une conférence de Vincent Courtillot coupables de porter le débat sur la place publique. Ceux-ci ne font pourtant que suivre avec retard et en tout petit ce que les carbocentristes font depuis longtemps et en très grand. Ont-ils oublié les films de Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, ou Al Gore, ces grands savants climatologues ? Se souviennent-ils de cette image du film d’Al Gore demandant : « Y-a-t-il des climatosceptiques ? » et donnant la réponse : « Non, absolument aucun ». Elle a été montrée dans tous les pays du monde, à des dizaines de millions de spectateurs. Le GIEC s’est-il dissocié de ces outrances, de ces mensonges, de ces coups bas ? Non, il a été trop content de partager avec Al Gore un prix Nobel. Pas un prix Nobel de Physique ou de Chimie, un prix scientifique, comme on le laisse parfois entendre, mais un prix Nobel de la Paix, un prix politique.

Rien de tout cela n’infirme ni ne confirme la thèse des carbocentristes. Mais cela jette la suspicion sur le sérieux de ses tenants. Ils sont peut-être des savants qui ont raison. Mais le fait est qu’ils se comportent pas comme tels. La lettre de nos 600 est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la crédibilité du GIEC.
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
Re : L'Empire (réchauffiste) contr'attaque !
« Réponse #2 le: avril 16, 2010, 09:40:40 am »
http://energie.lexpansion.com/climat/rechauffement-climatique-une-pause-qui-derange-_a-35-3974.html

Citation

Climat
Par Olivier Daniélo
Contribution sous : L'EXPANSION - LA CHAINE ENERGIE >> Climat

Réchauffement climatique : une pause qui dérange

mardi 13 avril 2010 09:33


Pour certains spécialistes du climat, le réchauffement climatique marquerait une pause. Absente du "correctif" qui accompagne la pétition anti-Allègre, cette pause a suscité l'attention de notre contributeur, qui propose ici plusieurs pistes de réflexion.


http://www.electron-economy.org/pages/Article_pour_lExpansion_la_chaine_energie_avril_2010--2886045.html

Citation

Réchauffement climatique - Une pause qui dérange

- Le présent article a été transmis le 8 avril 2010 à Monsieur Jean Salençon, président de l'Académie des Sciences, à Messieurs Claude Allègre et Vincent Courtillot, académiciens, ainsi qu'à Monsieur Alain Fuchs, président du CNRS, ceci dans le cadre de l'appel au débat, à l'ouverture et à l'éthique intellectuelle lancé par les pétitionnaires anti-Claude Allègre.

- Monsieur Vincent Courtillot, directeur de l'IPGP, m'a répondu, et m'a transmis à cette occasion plusieurs de ses publications (à propos de l'hypothèse solaire) dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture. Il a partagé cette réponse à plusieurs membres de l'académie des sciences.   

- Madame Valérie Masson-Delmotte, chercheuse au LSCE et à l'origine de la pétition, m'a confirmé avoir pris connaissance de l'article et reconnaît l'erreur signalée. S'en est suivi un  échange que j'estime enrichissant, dans une ambiance de respect mutuel. Cet échange est disponible ici.

- Monsieur Philippe Rogel, chercheur au CERFACS, m'a également confirmé avoir pris connaissance de l'article (un extrait de notre échange est disponible ici), et reconnaît l'erreur signalée, mais regrette que je n'ai pas cité plus amplement Phil Jones (BBC). J'ai modifié l'article suite à ce commentaire, en prolongeant la citation de Phil Jones (la prolongation est indiquée en vert). Mon commentaire à ce sujet : Une tendance sur 15 ans, cela a commence sérieusement à avoir du sens sur le plan climatique (une tendance climatique se définie sur 30 ans, 2 x 15 = 30). Le problème de ces 15 dernières années, c’est que les données sont trop dispersées (du fait des El niño / La niña). Donc quand on fait un calcul de régression (1995 – 2009), on obtient une pente de 0,012°C par an, mais cette pente n’est pas significative du fait de la dispersion des températures. Donc si on est  rigoureux, on peut dire qu’il n’y a ni tendance au réchauffement, ni tendance au refroidissement, ni stagnation. On peut juste dire que les résultats sont trop dispersés. Ceci dit, entre 1980 et 1994, il y avait une tendance au réchauffement significative sur le plan statistique, tendance a a été perdue entre 1995 et 2009. Cette perte de la tendance permet aux climatologues cités (allemands, américains) d’affirmer qu’il y a un ralentissement, une stagnation, une pause. Les années à venir seront déterminantes pour confirmer ou infirmer cette tendance à la stagnation.

-  Cet article a été publié sur le site L'Expansion.com / La chaîne énergie le mardi 12 avril 2010, ceci suite à la demande de Léa-Sarah Goldstein, journaliste associée à la Chaîne énergie.

- Mademoiselle Sophie Verney-Caillat, journaliste, a fait écho sur Planète89 (Rue89) de cet article (voir ici).

 


Une pause qui dérange

 

Le réchauffement marque une pause, sauf dans le "correctif" réalisé par les pétionnaires anti-Claude Allègre. 

 

Par Olivier Daniélo  (qui est ni "climato-sceptique", ni "climato-alarmiste" mais favorable au climato-pluralisme) 

 

La pétition anti-Claude Allègre lancée par des scientifiques travaillant dans le domaine des sciences du climat a beaucoup surpris. "Une étrange pétition" titre la rédaction des Echos [1]. "Comme si c’était à Sarkozy ou à sa ministre de juger de la pertinence ou de l’impertinence d’une théorie scientifique" écrit Jean-François Khan dans Marianne [2].  "Triste spectacle que ces escouades de savants se réfugiant dans les jupes de Valérie Pécresse, pour que leur ministre les protège de Claude Allègre" renchérit Christophe Barbier dans l'Express [3].  "Les choses étaient décidemment bien plus simple au temps de Galilée" ironise le journaliste scientifique Jean-Yves Nau sur Slate.fr [4].  En harmonie avec "La religion de la catastrophe", tribune du biologiste et philosophe Henri Atlan dans Le Monde [5], et avec "Nous ne sommes plus au moyen-âge", tribune de l'historien Jacques Le Goff [6],  le physicien et épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond avertit dans Libération : "(...) La pétition adressée par plusieurs centaines de chercheurs en climatologie à leurs autorités de tutelle ouvre, de l’intérieur, une brèche sans précédent dans la défense de l’autonomie intellectuelle qu’a toujours revendiquée le milieu scientifique (...)" [6]

 

Mais, au-delà de l'autoritarisme sur la forme, qu'en est-il du fond, sur le plan scientifique ? Les signataires de la pétition anti-Claude Allègre déclarent dans un document qui accompagne la pétition : "Les différents points relevés ci-dessous nous semblent mériter une discussion approfondie et pourraient être abordés dans un débat scientifique que nous appelons de nos voeux (...) [7  - page 1 du PDF] (...) En ce qui concerne l’évolution de la température globale au cours des derniers 10 ans, il est possible de faire un calcul de tendance sur 1999. Dans les deux cas, une tendance positive (de 0.9 à 1.2°C  par 10 ans) mais non significative est détectée." [page 6 du PDF]. Il ne s'agit pas d'une tendance de "0,9 à 1,2°C par 10 ans", mais de 0,09 à 0,12°C par 10 ans. Ajoutons de plus que les écarts entre la courbe rouge (estimation par une équipe anglaise de l'évolution des  températures annuelles moyennes de la terre) et la courbe bleue (estimation par une équipe américaine de l'évolution des  températures annuelles moyennes de la même terre) sont souvent de l'ordre de 0,10°C.

 

Mais surtout, il aurait été bien plus pertinent que les "correcteurs" du livre de Claude Allègre  présentent la tendance sur 15 ans et non sur 10 ans. Une tendance sur 15 ans a plus de valeur qu'une tendance sur 10 ans. Il n'y a pas de tendance au réchauffement depuis 15 ans, comme l'a confirmé d'ailleurs sans ambiguité Phil Jones, directeur du CRU d'East Anglia, dans une interview pour la BBC [8], [9]. Question du journaliste de la BBC :"Do you agree that from 1995 to the present there has been no statistically-significant global warming"; Réponse de Phil Jones : "Yes, but only just. I also calculated the trend for the period 1995 to 2009. This trend (0.12C per decade) is positive, but not significant at the 95% significance level. The positive trend is quite close to the significance level. Achieving statistical significance in scientific terms is much more likely for longer periods, and much less likely for shorter periods". Le réchauffement marque une pause depuis 15 ans et les scientifiques n'ont aucune explication à propos de cette pause. C'est cela la réalité. Comment justifier cette omission par les "correcteurs" qui agissent, disent-ils, au nom de la transparence et de l'éthique ? Il se pose un problème d'ordre déontologique.

 
On peut proposer une explication à cette incapacité des défenseurs français de la thèse anthropique (GIEC) à reconnaître clairement cette pause : 

(1) admettre cette pause du réchauffement depuis 15 ans serait, de fait, admettre que les oscillations océaniques multidécennales (AMO, PDO) ont une influence au moins aussi importante que les gaz à effet de serre d'origine humaine à l'échelle mutlidécennale. C'est l'interprétation de nombreux scientifiques.

(2) Or si les oscillations océaniques multidécennales ont été depuis 10-15 ans assez puissantes pour contrebalancer les gaz à effet de serre, cela conduit à admettre qu'il est tout à fait possible que la hausse des températures observée entre les années 70 et 90 ait été amplifiée par ces mêmes oscillations océaniques dont l'influence allait alors dans l'autre sens.

(3) Bref, cela conduirait à admettre que l'affirmation du GIEC "il y a 90% de chance que les gaz à effet de serre émis par l'homme sont responsables de l'essentiel du réchauffement" est abusive, ce qui ne veut pas dire, bien entendu, que les gaz à effet de serre anthropiques n'ont aucun impact (précisons d'ailleurs que le "90%" n'a aucune base mathématique, comme le souligne à juste titre le mathématicien Benoît Rittaud, spécialiste des probabilités).

 

Pour Mojib Latif, directeur de recherche à l'Institut Leibniz des sciences marines en Allemagne : "A l'heure actuelle, le réchauffement est en train de prendre une pause (...) Il y a vraiment aucun argument face à cela. Nous faisons face aux faits". Jochem Marotke, directeur de l'institut de métérologie Max Planck confirme : "On ne peut pas nier qu'il s'agit du sujet scientifique le plus brûlant du moment. On ne sait vraiment pas pourquoi cette stagnation arrive maintenant". [10] Les climatologues américains, comme par exemple Kevin Trenberth, vont encore plus loin : "Le fait est que l'on ne sait pas expliquer cette absence de réchauffement, et c'est ridicule que nous ne puissions pas le faire" [11].  Don Easterbrook, Université de Washington insiste sur l'hypothèse océanique : "L’Oscillation Pacifique Décennale est passée en mode froid, ce qui nous conduit probablement vers 3 décennies de refroidissement global ».  Roy Spencer également : « L’oscillation Pacifique Décennale (PDO) est une clé dans le débat sur le réchauffement global ».  Et Judith Curry, climatologue au Georgia Institute of Technology, d'ajouter : « (…) Les oscillations océaniques multidécennales ne réfutent pas le réchauffement global anthropique, mais on ne peut pas les mettre de coté. Nous devons les intègrer à l'histoire. Nous avons eu deux "bosses"  (dans les années 90, mais aussi dans les années 30-40) qui ont peut-être la même cause. Donc il est possible que nous ayons exagéré la tendance au réchauffement observé durant la seconde moitié du XXième siècle en n'interprètant pas correctement ces bosses comme étant liées aux oscillations océaniques (…) » [12]. De nombreuses études publiées dans des revues scientifiques à comité de lecture appuient ces déclarations dans les médias : Takashi Mochizukia 2009 [13], Noel Keenlyside, 2008  [14],  Zhen-Shan L. et Xiam S., 2007 [15], etc.


L'hypothèse océanique permet de relativiser sérieusement l'influence des gaz à effet de serre dans le réchauffement observé durant la seconde moitié du XXième siècle, mais il semble que le bureau du GIEC, du moins ses représentants en France, ne soient pas encore prêts à l'admettre au grand public de manière transparente. Il est regrettable, comme l'a souligné la climatologue Judith Curry, que la propension au "tribalisme climatique" [16], [16] et que les réflexes de préservation des égos nuisent au progrès scientifique. Ce tribalisme a des conséquences dans les médias français, et certains journalistes sans formation scientifique, comme par exemple Sylvestre Huet [17], ne sont à l'évidence pas armés pour détecter ces biais d'origine clanique, se contentent de répèter (en croyant vraissemblablement agir pour le "bien", nul n'en doute) ce que certains climatologues obéissant à un agenda politique  leur disent, et ils induisent ainsi leurs lecteurs dans le même biais.

De nombreux climatologues s'attendent à ce que la pause du réchauffement (voir même un refroidissement) dure jusqu'à 2030 ou 2035, et à ce que les hivers deviennent globalement plus froids, comme le souligne à juste titre Claude Allègre.  Mojib Latif, janvier 2010 :  "A significant share of the warming we saw from 1980 to 2000 and at earlier periods in the 20th century was due to these cycles - as much as 50 per cent. 'They have now gone into reverse, so winters like this one will become much more likely. All this may well last two decades or longer. 'The extreme retreats that we have seen in glaciers and sea ice will come to a halt. For the time being, global warming has paused, and there may well be some cooling." [18] L'analyse de Claude Allègre à propos du GIEC est en phase avec celle du climatologue Richard Lindzen, titulaire de la chaire de météorologie du prestigieux Massachuchetts Institute of Technology (MIT). Richard Lindzen : "Comment est-on arrivé à ce consensus du GIEC  ? Ce qui a été fait, c'est qu'ils ont pris un grand nombre de modèles informatiques qui ne peuvent pas simuler correctement les oscillations naturelles (telles que El niño / La niña, l'oscillation pacifique decennale, l'oscillation atlantique multidécennale), ont affirmé que ces modèles rendent compte correctement de la variabilité naturelle, et se sont basés sur le fait que ces modèles ne peuvent pas expliquer le réchauffement entre les années 70 et les années 90 pour affirmer qu'un forçage était nécessaire, et que ce forçage devait être d'origine humaine. Il s'agit d'un rejet de la logique scientifique." [19]. Claude Allègre : "Il faut que le GIEC se décide à tenir compte des faits observés et si les modèles ne « collent » pas avec la réalité, le GIEC doit avoir l’honnêteté de l’admettre."   Bien entendu, cette critique, qui porte sur le coeur de la doctrine du GIEC, est très fortement dérangeante. Mais les analyses dérangeantes sont très utiles pour le progrès scientifique. Il serait sans doute bienvenu de méditer ces propos de Karl Wunsch, océanologue au MIT :  "Quand des conclusions hyper simplifiées sont transformées en vérités, un champ d’études peut être déformé pendant des décennies avant que sa fondation bancale soit finalement reconnue. »

 

Dans sa chronique à propos de la pétition anti-Allègre, Christophe Barbier n'y va pas par quatre chemins quand il propose une explication à cette dérive :  "(...) Aussi affligeante est la crispation capricieuse des adversaires d'Allègre. La colère légitime des savants anonymes est polluée par la jalousie de mandarins aux succès d'édition étiques et, parfois, par les ruses de quelques idéologues. C'est ainsi que le noble combat pour l'environnement se corrompt de la funeste lutte pour la décroissance. Les plus extrémistes trimballent même, dans les fourgons du sauvetage de la planète, un altermondialisme de pacotille et un anticapitalisme de contrebande, et ils cachent sous le vert de leur discours le rouge de leur pensée -quand ce n'est pas du brun (...)" [20]


J'ai contacté  Jean Jouzel, géochimiste, membre du bureau du GIEC, promoteur de la taxe carbone [21] et pétitionnaire anti-Claude Allègre, à propos des oscillations océaniques multidécennalles (Keenlyside 2007 [22]), des variations de la vapeur d'eau stratosphérique (Solomon, 2010 [23]) et de l'aérosol carbone-suie (Ramanathan, 2008 [24]). Voici sa réponse : "Naturellement les études de détection - attribution seront refaites en tenant compte de ces nouveaux résultats."  - A noter qu'un lien entre oscillations océaniques multidécennales (PDO) et variation de la vapeur d'eau stratosphérique est possible, comme me l'a confirmé une climatologue française qui a préfèré rester anonyme.  Tous les français ont entendu parlé du C02 et de l'effet de serre, ils ont été copieusement servis à ce sujet dans les médias. Mais quelle est la proportion des français qui ont connaissance des oscillations océaniques multidécennales, de la PDO,  de l'AMO ?  En attendant la publication du 5ème rapport du GIEC en 2013-2014, n'est-il pas essentiel, compte-tenu de l'ampleur des enjeux économiques (des trillions d'euros), sociaux, politiques et géopolitiques (relations nord-sud notamment), que les citoyens français soient informés dès à présent de ces nouveaux résultats ? Les citoyens français méritent mieux que des gue-guerres puériles d'égos entre scientifiques.
 
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
La sottise des réchauffistes est illimitée. La preuve :
« Réponse #3 le: avril 16, 2010, 01:32:01 pm »
La sottise des réchauffistes est illimitée. La preuve :

http://wattsupwiththat.com/2010/04/16/we-knew-it-was-only-a-matter-of-time/

Citation
We knew, it was only a matter of time…
16 04 2010

From “Scientific” American via Reuters, proof positive that global warming is omnipotent and is intertwined into anything you choose it to be. Why, even the inner Earth bends to its will. And we all know that once the inner Earth gets out, we’re doomed, because Al Gore tells us it is millions of degrees.



Ice cap thaw may awaken Icelandic volcanoes  (link fixed)

By Alister Doyle, Environment Correspondent

OSLO (Reuters) – A thaw of Iceland’s ice caps in coming decades caused by climate change may trigger more volcanic eruptions by removing a vast weight and freeing magma from deep below ground, scientists said on Friday.

They said there was no sign that the current eruption from below the Eyjafjallajokull glacier that has paralysed flights over northern Europe was linked to global warming. The glacier is too small and light to affect local geology.

“Our work suggests that eventually there will be either somewhat larger eruptions or more frequent eruptions in Iceland in coming decades,” said Freysteinn Sigmundsson, a vulcanologist at the University of Iceland.

“Global warming melts ice and this can influence magmatic systems,” he told Reuters. The end of the Ice Age 10,000 years ago coincided with a surge in volcanic activity in Iceland, apparently because huge ice caps thinned and the land rose.

“We believe the reduction of ice has not been important in triggering this latest eruption,” he said of Eyjafjallajokull. “The eruption is happening under a relatively small ice cap.”

Carolina Pagli, a geophysicist at the University of Leeds in England, said there were risks that climate change could also trigger volcanic eruptions or earthquakes in places such as Mount Erebus in Antarctica, the Aleutian islands of Alaska or Patagonia in South America.



He said that melting ice seemed the main way in which climate change, blamed mainly on use of fossil fuels, could have knock-on effects on geology. The U.N. climate panel says that global warming will cause more floods, droughts and rising seas.

h/t to WUWT reader Sean Peake

Possibly related posts: (automatically generated)

    * Earth’s Core is “Millions of Degrees” says Pseudo Scientist Al Gore
    * “The interior of the earth is several millions of degrees.” – Al Gore!!!
    * “The interior of the earth is extremely hot, several millions of degrees….
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
Les cons, ça ose tout : "La fonte des glaciers pourrait stimuler les éruptions." prétend Le Monde.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/20/la-fonte-des-glaciers-pourrait-stimuler-les-eruptions_1340013_3244.html

Et comme d'habitude dans ce domaine, les commentaires des lecteurs sont meilleurs que l'article.

Citation
La fonte des glaciers pourrait stimuler les éruptions
LE MONDE | 20.04.10 | 10h15

Le réchauffement climatique a-t-il été un facteur déclencheur de l'éruption de l'Eyjafjöll, le petit volcan sous-glaciaire islandais dont le panache cendreux continue d'obscurcir le ciel de l'Europe ? Les chercheurs ne le pensent pas. Le glacier qui le recouvre, l'Eyjafjallajökull, est de taille trop réduite, et la couche de glace – entre 200 et 300 mètres – trop peu épaisse, pour qu'une variation de cette calotte ait pu avoir une influence déterminante sur la géologie locale.

A plus grande échelle, en revanche, la fonte des glaciers menace d'accroître l'activité volcanique. "Une éruption peut être provoquée par une surpression ou par une décompression, décrit Patrick Allard, directeur de recherche au CNRS et volcanologue à l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP). Si on allège la charge qui pèse sur le réservoir de magma formé de cristaux et de bulles de gaz, les forces de pression qui s'exercent sur lui se relâchent. C'est comme si on ôtait le bouchon."

Avec ses quelque 130 volcans actifs, l'Islande constitue un terrain d'observation privilégié. Carolina Pagli, géophysicienne à l'université de Leeds (Royaume-Uni), et Freysteinn Sigmundsson, volcanologue à l'université de Reykjavik, ont publié, en 2008, dans la revue Geophysical Research Letters, une étude sur le plus grand glacier islandais, le Vatnajökull, qui s'étend sur plus de 8 000 km2, au sud-est de l'île, où il coiffe plusieurs volcans, dont le Bardarbunga, le Grimsvötn et le Kverkfjöll.

ACTIVITÉ PLUS INTENSE

Depuis 1890, cette calotte a perdu environ 10 % de sa masse. Et le niveau du sol autour du glacier s'élève actuellement de 25 millimètres par an. Les scientifiques ont calculé que, du fait de l'affaiblissement des contraintes pesant sur le manteau et la croûte terrestres, la production de magma souterrain a augmenté d'environ 1,4 km3 en un siècle.

Un volume suffisant pour que se produise, tous les trente ans, une éruption comparable au dernier grand événement volcanique enregistré sous le Vatnajökull, qui avait éjecté, en 1996, près de 0,5 km3 de magma. "Du fait du retrait des glaciers, on peut s'attendre, dans le futur, à une augmentation de l'activité volcanique", concluent les auteurs.

Interrogé après le réveil de l'Eyjafjöll, M. Sigmundsson confirme cette crainte : "Il pourrait y avoir des éruptions soit un peu plus importantes, soit plus fréquentes en Islande dans les prochaines décennies."

Selon sa collègue, des zones volcaniques comme le mont Erebus en Antarctique, les îles Aléoutiennes en Alaska, ou la Patagonie en Amérique du Sud, risquent, elles aussi, de connaître une activité plus intense.

C'est ce qui semble s'être produit voilà dix mille ans, au début de l'holocène, lors de la déglaciation de l'Islande qui a coïncidé avec un regain de volcanisme. Mais à un rythme beaucoup plus rapide qu'aujourd'hui.

Pierre Le Hir

Commentaires :

Citation

artémidore
20.04.10 | 14h01
Voilà encore un article qu'il faut garder en archives comme beaucoup sur le sujet, ils feront beucoup rire nos enfants et petits enfants. Ces articles leur apprendront en outre que les chercheurs ne possèdent pas la vérité et les journalistes non plus. Ils apprécieront que nous ayons pu résister intellelctuellement à un bombardement médiatique inique et fortement orienté. Ils constateront que le pharisaïsme a toujours tord. Et tant pis pour les cris de tartufe des climato-alarmistes.

Desman
20.04.10 | 13h41
Le magma n'est pas produit sous les volcans, comme le laisse croire une des phrases de l'article, mais remonte depuis le manteau sur des dizaines ou centaines de kilometres... Quand on lit des enormites pareilles on se demande vraiment si on peut faire confiance a ce qu'on lit par ailleurs.


ebolavir
20.04.10 | 13h29
"... voilà dix mille ans, au début de l'holocène, lors de la déglaciation de l'Islande qui a coïncidé avec un regain de volcanisme. Mais à un rythme beaucoup plus rapide qu'aujourd'hui." Que lis-je ? On parle de réchauffement climatique alors que les hommes étaient moins nombreux que les Hollandais aujourd'hui ! Un bûcher est déja préparé, et le rédacteur hérétique sera brûlé vif sur un bûcher de tirés-à-part (papier recyclé).

rogégé
20.04.10 | 12h43
Oui ! Encore ! Ça fait du bien : c'est le réchauffement climatique ! .... Et plus ça se réchauffera plus les volcans seront en éruption et plus il y aura de "nuages" et là ça se refroidira.... Tout est dans tout et inversement!

Rue de la Mairie
20.04.10 | 12h03
Cela devient une obsession de vouloir tout imputer au réchauffement climatique. Celui-ci a commencé il y a 10.000 ans, quand la dernière grande glaciation (pléistocène supérieur) s'est terminée. Et quand ce volcan est entré en éruption en 550, 1612 et 1821 était-ce - aussi - causé par le réchauffement ?

Kiamb
20.04.10 | 11h49
Moi je trouve que la réaction d'un responsable religieux iranien qui l'explique par le non respect de la tenue islamique par les femmes, l'augmentation des divorces et l'immoralité des couples a autant de sens.... On est dans le domaine de la croyance, après tout.

Marin County
20.04.10 | 10h58
Celle-là, elle est bien bonne! C'est du n'importe quoi! C'est vrai que l'idéologie fumeuse des verts accusant l'homme et sa recherche effrénée du profit de tous les dérèglements climatiques, n'est pas à la fête en ce moment; mais revenir à ceux qui disaient en 1970 que le terremoto du Pérou était dû aux essais nucléaires français à Mururoa montre à quel le progrès fait rage!

marcos
20.04.10 | 10h39
On fait feu de tout bois. Bientôt, le réchauffement climatique réchaufera le soleil lui-même.
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
La scinistre de la Mience est à présent binistre du mudget, mais...
« Réponse #5 le: juillet 30, 2011, 06:22:40 pm »
On n'a pas oublié l'ordre donné aux académiciens, par la scinistre de la Mience à l'époque, Valérie Pécresse, pour qu'ils validassent le mythe carbocentrique aux yeux ébaubis du grand public ignorant et mystifié. Ils obéirent à moitié, du reste, concluant dans le sens carbocentrique exigé par la ministre, mais avec des attendus qui contredisent et invalident clairement les conclusions carbocentristes.

Elle poursuit sa carrière scientifique, toute de rigueur. Elle est à présent binistre du mudget, et explique en toute rigueur et toute honnêteté que tout le mal vient des ceusses d'en face :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/07/30/cinq-conditions-pour-desendetter-le-pays-par-valerie-pecresse_1554448_3232.html

Si si ! Sûrement que je vais lui faire confiance !

Madame l'ex-scinistre de la Mience et présentement binistre du mudget n'a qu'une idée en tête : la campagne électorale.

On n'a plus besoin de générateur automatique de langue de bois, Valérie Pécresse fait ça très bien, en version de base sans options :
http://www.dailymotion.com/video/xai85u_le-discours-incomprehensible-de-val_fun

Quand à son assimilation du programme de maths de la classe de troisième, c'est l'apothéose pour une scinistre de la Mience :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uXTFk6GHYb4
 Citation
Citation
"Le département a augmenté ses impôts de 30 %, la région elle c'est 58 %.
 Pof ! 88 % d'augmentation d'impôts en cinq ans !
"
« Modifié: septembre 23, 2011, 03:45:42 pm par Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
Re : L'Empire (réchauffiste) contr'attaque !
« Réponse #6 le: août 02, 2011, 08:26:16 pm »
La preuve indubitable du réchauffement climatique :

« Modifié: août 02, 2011, 08:28:26 pm par Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
ONERC : Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique
« Réponse #7 le: septembre 09, 2011, 06:54:16 am »
Bon, ils ont l'excuse que l'imposture est inscrite directement dans leur raison sociale et leur financement par nos impôts :
http://www.onerc.org/indicateur/les-hivers-au-col-de-porte-massif-de-la-chartreuse-isere

C'est simple : vous débutez l'enregistrement à marée basse, vous l'arrêtez à marée haute, vous faites une régression linéaire (si si, ils ont osé), et vous prédisez que l'Himalya sera submergé en 2035.
Simple comme l'ONERC !
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Jacques

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 763
Exemple de négationnisme climatique, que nous payons avec nos impôts : l'ONERC.
« Réponse #8 le: février 19, 2013, 01:33:02 am »
Exemple de négationnisme climatique, que nous payons avec nos impôts : l'ONERC ou "Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique".
On admire leur méthode :
http://onerc.developpement-durable.gouv.fr/fr/indicateur/les-hivers-au-col-de-porte-massif-de-la-chartreuse-isere
Vous démarrez l'enregistrement à marée basse, vous l'arrêtez à marée haute, vous faites une régression linéaire (très important, la régression linéaire ! si si , ils ont osé...), et voilà ! vous prédisez que que l'Himalaya sera submergé en 2035 !
Aboulez les pépettes pour les climastrologues du prince !

J'attends avec impatience que la Cour des Comptes débarque chez eux, et examine leurs résultats scientifiques en comparaison de leurs dépenses.
Leur secret ?
C'est un de ces organismes payés avec nos impôts dont la raison sociale est d'affirmer "Il y a changement climatique, c'est écrit dans notre raison sociale, et c'est tout comme ont dit Pachauri et Jouzel" :
L'ONERC, http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Observatoire-ONERC-.html autrement dit escroc institutionnel.

Avez-vous remarqué qu'ils ont judicieusement stoppé leur enregistrement en 2009, quand la fluctuation banale repartait dans l'autre sens ?

Parce d'autres organismes, ailleurs et non liés à cette imposture réchauffiste, publient des résultats très embarrassants pour la raison sociale de l'ONERC :

http://climate.rutgers.edu/snowcover/chart_anom.php?ui_set=1&ui_region=eurasia&ui_month=2


Toutes les photos envoyés par les randonneurs, qu'ils soient à skis ou en raquettes, confirment que cet hiver l'enneigement est exceptionnel, dans tous les massifs. Du genre 90 minutes de pelletage pour dégager une tranchée vers l'entrée d'une cabane dans le Vercors, et des arbres surchargés de neige comme les jeunes n'en avaient pas encore vus.


Vous allez voir que JAMAIS l'ONERC ne mettra à jour ses graphiques politiquement conformes. Jamais il ne tiendra compte des années 2010-2013, et encore moins suivantes. Escroc institutionnel par sa fondation et sa raison sociale.

Plus grave encore, qui nous a été signalé sur Usenet par le pseudo "Elohan" :
Citation


Les indicateurs de l'ONERC sont en effet tous en retard de quelques années. Ça ne doit plus trop les intéresser.

Les droites de régression linéaires sont des leurres fréquents qui servent souvent à illustrer ce qu'on a envie de faire croire.

Exemple ici: évolution de la salinité de l'eau de mer en Nouvelle-Calédonie (puisque pour l'Onerc, il paraît que c'est un indicateur du climat):

http://onerc.developpement-durable.gouv.fr/fr/indicateur/salinite-de-surface-de-la-mer



Il faut vraiment du culot pour oser mettre une droite de tendance significative là-dessus.

--
Le contrat social du scientifique inclut le mandat de se piloter
en exactitude : le système de production des connaissances,
il est présumé le piloter en exactitude et non en traditions, ni
en stratégies de pouvoir, ni en narcissisme, ni en corruption.
« Modifié: février 22, 2013, 05:21:48 am par Jacques »
La science se distingue des autres modes de transmission des connaissances, par une croyance de base : nous croyons que les experts sont faillibles, que les connaissances transmises peuvent contenir toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut prendre la peine de vérifier, par des expériences

Naïf

  • Fiables
  • Newbie
  • *
  • Messages: 4
Georges Courteline nous avait déjà tout expliqué :
« Réponse #9 le: mars 07, 2014, 03:46:39 pm »
Georges Courteline nous avait déjà tout expliqué :

"Attendu que la doctrine carbocentriste et intergouvernementale n'est point faite pour que le simple scientifique en démontre l'absurdité,
Attendu que le trafic des indulgences-carbone rapporte plein de pognon à ceux qui ont eu l'astuce d'en combiner le montage,
Attendu que le grand public est trop ignorant pour y déceler les contre-vérités,
Attendu que l'Académie des Sciences a obéi servilement aux ordres de la ministre, exactement comme des laquais en livrée,
Attendu qu'aucun des grands media obéissant à leurs patrons ne déroge à son devoir de propagande carbocentriste,
Attendu que quoiqu'il arrive, ou n'arrive pas, ou arrivera dans quelques siècles, c'est tout de la faute du réchauffement climatique, ou de quelque changement climatique dont la nature est encore inconnue mais la survenue certaine, comme la princesse NKM l'a saintement dit,
Attendu que l'arrêt du Gulf Stream peut quand même survenir d'un siècle à l'autre,
Attendu qu'il est urgent de casser la gueule aux incroyants, car encore une fois, les crédules sont blessés dans leur crédulité, comme l'avait publié l'épiscopat français volant au secours de l'ayatollah Khomeiny contre l'impie Salman Rushdie,
Attendu que les incroyants forment une véritable secte sur le Net,
Attendu que Raymond Pierrehumbert a établi que les incroyants sont tous des croyants que la Terre est plate,
Attendu qu'Alexandre Magnan (chercheur «Vulnérabilité et adaptation» à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri, Paris)) a établi que le dioxyde de carbone étouffera la forêt,
Attendu qu'Alain Lipietz a établi que les incroyants sont tous des criminels, bons à envoyer en rééducation dans les rizières,
Attendu que Naomi Oreskes est une historienne des climats de grande autorité car elle sait l'existence de l'ouragan Katrina en 2005,
Attendu que Naomi Oreskes a établi que tous les incroyants sont financés à milliards par les pétrolières, ou par les cigaretiers,
Attendu que Naomi Oreskes a établi que tous les incroyants présentent les symptômes d'un Ego surdéveloppé, ce qui prouve qu'elle est une psychopathologiste de grande autorité,
Attendu que Marc Dubois dit "Mad" a établi que tous les incroyants sont des chirurgiens amateurs qui méritent des baffes,
Attendu qu'Olivier Nobili aura la dictature mondiale car nous avons les bons experts, et a établi qu'il est urgent de couper la langue aux incroyants, dont la liberté de pensée suscite tant de réactions de haine chez les Vrais croyants,
Attendu que Bobby, immodérateur de l'OZ a établi qu'il est urgent que l'espèce humaine disparaisse, car elle ne mérite pas d'être sur cette planète,
Attendu que le dit Bobby de l'OZ a établi que tous les incroyants sont des abrutis, des crétins et des biknits,
Attendu qu'il a suffi d'un seul brise-glace aux frais du contribuable canadien pour faire franchir à Tara le passage du Nord-Ouest,
Attendu que la nature conspire odieusement avec le Soleil pour ne jamais produire le réchauffement climatique que saintement nous prophétisons depuis que l'ONU saintement nous croit, et que c'est un odieux crime de lèse-clergé,
Attendu que toute religion d'Etat, et a fortiori la religion intergouvernementale est par principe, exemptée de tracasseries subalternes, telles que des épreuves de réalité scientifiques, cohérence avec les autres disciplines dans les vraies sciences, cohérence avec les faits expérimentaux, etc. sinon son insoupçonnabilité de principe serait remise en cause,
la Cour après délibération condamne les incroyants à payer les factures de chauffage des vrais croyants, et à payer les voyages en avion et les frais d'hôtels et de congrès des Commandeurs des Croyants, dans des pays ensoleillés.
En outre, la cour condamne les incroyants réfractaires à pédaler pour faire tourner les rotors qui font voler les grands Hélicologistes de la Vraie Foi, et à porter les chaises à porteurs des Commandeurs des Croyants durant leurs menus déplacements entre les studios et les ministères.
Cela sans préjudice d'aggravations des peines, à la discrétion des autorités de la Vraie Foi Carbocentrique."
« Modifié: avril 10, 2014, 01:04:00 am par Naïf »
Saviez-vous que l'autopsie de la plupart des noyés a révélé la présence de dihydrure d'oxygène dans leurs poumons ?
Signez la pétition pour une planète sans dihydrure d'oxygène !

Naïf

  • Fiables
  • Newbie
  • *
  • Messages: 4
Rouler à tombeaux ouverts pour la JUSTE dictature du WWF-ariat.
« Réponse #10 le: mai 13, 2014, 05:19:47 am »
Rouler à tombeaux ouverts pour la JUSTE dictature du WWF-ariat.

Citation de: Ysengrin (Observatoire de la Zététique)
Les prévisions climatiques qui sont produites par ces modèles "ridicules" sont acceptées par une écrasante majorité de climatologues.

Manifestement, il y a très peu de climatologues qui ont conscience que leurs prévisions reposent sur des "mensonges" et sont du "pipeau à l'état pur". Dois-je croire qu'il manque des personnes compétentes et intègres (comme vous) dans cette profession ?

Vous avez conscience que pour que votre analyse sans concession soit correcte, il faudrait que la climatologie mondiale soit en pleine dérive sectaire ?

Pour ma part, je ne peux pas croire que la quasi totalité d'une importante communauté scientifique mondialement répartie s'écarte à ce point de la méthode scientifique comme vous l'affirmez. Sociologiquement, ça me semble impossible.

Des dérives telles que le lyssenkisme peuvent exister, mais elles s'expliquent, elles ont des déterminants rationnels qui sont absents ici, surtout à une telle échelle.

Ah c'est sûr que la JUSTE rétribution de la judicieuse soumission des scientifiques aux JUSTES directives carbocentristes de la première ministre, ceux qui roulent à tombeaux ouverts pour la JUSTE dictature du WWF-ariat, cela suscite de mesquines jalousies, de la part de ceux qui n'ont pas été généreusement arrosés d'argent public. Ceux qui n'étaient pas dociles n'ont pas eu de prix Nobel, et c'est vachement bien fait pour leur gueule ! Ils n'ont pas pu placer leurs post-docs, et c'est vachement bien fait pour leur gueule !

Peut-on acheter leur silence, à présent ? Avec du YAKA peut-être, mais dans la réalité les difficultés se sont accumulées. A présent qu'on a dépensé autant de pognon pour favoriser les dociles, où va-t-on en trouver pour acheter le silence des indociles ? De plus les plus combatifs d'entre eux ont constitué de gros dossiers...
Il faut donc s'en tenir à notre politique initiale à leur égard : l'usage systématique de la violence directe. Même Audrey Garric s'en est faite l'écho...
http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/04/07/quand-greenpeace-recule-face-aux-climato-sceptiques/
Citation
... écoutez ceci. Nous savons qui vous êtes. Nous savons où vous vivez.  Nous savons où vous travaillez. Et nous sommes nombreux tandis que vous êtes peu."
Fin de citation.
Dois-je vous rappeler que nous avons généreusement subventionné la 'Ndrangheta, pour qu'elle installe des parcs d'éoliennes dans des régions sans vent ? Ce qui était fort judicieux de sa part : bien moins de casse, une maintenance simplifiée et bien moins coûteuse puisqu'elles ne tournent pas, et bien moins de contraintes vicieuses sur le réseau de puissance chargé de leur fournir de la puissance réactive, voire parfois d'évacuer la puissance active, quand elle est fournie.

Il est temps d'obtenir que la 'Ndrangheta nous renvoie l'ascenseur, en faisant taire avec ses méthodes à elle les scientifiques indociles, hérétiques et incroyants ; qu'elle leur fasse bien comprendre aux plus froussards qu'un regrettable accident est si vite arrivé, qu'elle plastique la villa des moins froussards, et élimine radicalement ceux qui sont trop courageux voire téméraires.

Alors pourra régner la JUSTE dictature du WWF-ariat, qui conformément aux voeux très remarqués de Bobby-de-l'OZ et du prince Philip réunis, pourra enfin éradiquer la présence humaine de la surface "de la planète qu'ils ne méritent pas".

« Modifié: mai 16, 2014, 03:24:33 am par Naïf »
Saviez-vous que l'autopsie de la plupart des noyés a révélé la présence de dihydrure d'oxygène dans leurs poumons ?
Signez la pétition pour une planète sans dihydrure d'oxygène !

 

Recent

Membres
  • Total des membres: 42
  • Dernier: Naïf
Stats
  • Total des messages: 796
  • Total des sujets: 322
  • En ligne aujourd'hui: 2
  • Record de connexion total: 26
  • (mai 18, 2017, 07:50:37 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 2
Total: 2